Entreprise agile, entreprise ouverte

philippe-petit-3

Dans un monde gagné par la complexité, l’incertitude, l’individualité, l’interdépendance, comment imaginer que l’entreprise ne soit pas à la fois active, réactive, proactive ? Figure plutôt conceptuelle hier, l’entreprise agile devient aujourd’hui réalité.

Et soyons-en sûrs, pour les organisations du travail, c’est une vraie révolution qui s’amorce là. Mieux vaut envisager l’agilité comme un prérequis global que comme une acclimatation par touches thérapeutiques. Car elle ne pourra pas être parcellaire. Elle a vocation à innerver toutes les strates, les processus, les réflexes de l’entreprise.

Dans son rapport au monde extérieur tout d’abord. Si elle veut proposer une offre fiable, adaptée à une demande sans cesse changeante et aux exigences d’une société en mutation permanente, l’entreprise doit ouvrir tous ses capteurs, être curieuse, attentive, perméable à son environnement.

Dans son rapport aux collaborateurs ensuite. En se montrant attractive, en associant ses équipes à son objet, pour que chacun soit acteur de l’œuvre commune.

Dans son rapport à son propre modèle enfin. L’entreprise agile est une entreprise apprenante, apte à remettre en cause ses propres schémas et habitudes.

Une entreprise n’a pas à être agile pour être agile. L’agilité n’est ni une fin, ni une vertu, c’est une démarche, un projet permanent. Celui d’une entreprise en réseau, ouverte sur les autres, sur les siens et sur elle-même.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

*